Cinéma Vox Chamonix Logo

 

 

 

 



LES COUPS DE COEUR DES AMIS DU CINEMA



    

 

   

       

      

   

 

The Rider–Sublime fiction documentaire de Chloé Zhao, dans la lignée de son superbe premier film Les chansons que mes frères m’ont apprises.Elle suit ici, avec rigueur et délicatesse, douceur et simplicité, Brady, cowboy Lakota de la tribu Sioux des Brûlés, sa famille et ses amis. Des écorchés vifs, dont la réalisatrice révèle les blessures, la combativité et la dignité. Une fable contemplative et sociale, poignante et poétique, tournée dans des paysages magnifiques.

 

Ainsi que:

 

Kings–Deniz Gamze Ergüvena mis en sommeil ce « second » film pour sortir Mustang, unanimement salué il y a trois ans. Une histoire d’injustices raciales, de colère et de révolte (Los Angeles en 1992) et de drame familial. Mêlant documentaire et romanesque, la cinéaste franco-turque montre comment un quartier se reconnaît dans un fait-divers. Et l’impact sur la vie de chacun,adultes et adolescents, divisés dans le chaos des émeutes le temps d'une nuit électrique et bruyante.

 

Ready Player One–Cette adaptation d’un (petit) best-seller est une nouvelle preuve de l’étonnant génie de Spielberg. Le réalisateur inspiré s’amuse et se réinvente avec cette haletante chasse au trésor, entre réel et virtuel. De l’action et des idées à foison, le sens du rythme et de l’image, une audace et une virtuosité ébouriffante… jusqu’au vertige – voire la saturation.Un grand film geek de SF, bourré de références à la pop-culture (en particulier des années 80).

 

Ainsi que, toujours à l’affiche, Premier de cordée

 

Et pourquoi pas:

 

Place publique–Cinquième réalisation d’Agnès Jaoui, où elle n’est pas tendre avec les réseaux sociaux. Le duo Jaoui-Bacri réussit encore à nous offrir une comédie de caractères, teintée d’ironie sans méchanceté. Un film choral virevoltant, plein de finesse, de tendresse et de mélancolie.

 

The Escape–Le titre français (Une femme heureuse) cache l’histoire pleine de tristesse d’une femme que sa vie conjugale étouffe. À voir pour l’approche délicate (quasi-documentaire) d’une réalité quotidienne, pour un moment de magie avec Jalil Lespert et pour la magnifique Gemma Arterton.

 

The Sense of an Ending–Une adaptation libre du roman Une fille qui dansede Julian Barnes, par le réalisateur de The Lunchbox. Une histoire mêlant passé et présent, comme un kaléidoscope énigmatique où les flashbacks constituent les pièces d’un puzzle. Les illusions et la nostalgie, les désirs et les souvenirs : un sujet universel traité avec tendresse et humour (british).

 

Don’t worry, He won’t get far…–Un récit tragicomique, grinçant, poignantet plein de vitalité, des personnages forts, des interprètes remarquables (Joaquin Phoenix et Jonah Hill). Beaucoup de critiques semblent exagérément dures à l’égard de ce Gus Van Sant, même si son adaptation de l’autobiographie de Callahan n’est pas inoubliable…

 

PARTENAIRES ET LIENS

EN AVANT PREMIÈRE À CHAMONIX

ap chx vox

CONTACTEZ NOUS ET TROUVEZ NOUS

Facebook cinéma vox chamonix

Copyright ® Cinéma Vox de Chamonix - Design par Elephant Graphics - Conception par Easyclix